La coopération agricole française en Afghanistan

Dans l’Afghanistan ravagé par trois décennies de guerre, le secteur agricole a particulièrement souffert. Pour augmenter le PIB du pays et réduire la pauvreté du milieu rural, une croissance de l’agriculture d’au minimum 5% serait nécessaire pendant au moins une décade. Les destructions des infrastructures, l’absence de maintenance, le manque de formation et les périodes de sécheresse récurrentes constituent les principaux défis pour répondre à cet objectif.


Par Farouq Baroukzaï, Expert Technique International/FEI, Chargé de la Coopération agricole française en Afghanistan - Conseiller auprès du Ministre afghan de l'agriculture.

 

La coopération agricole française en Afghanistan, depuis 2002 s’est attachée, outre la mise en place de projets de développement, à apporter un soutien institutionnel important au sein du Ministère afghan de l’agriculture, irrigation et élevage (MAIL), ce qui a permis de renforcer les compétences et les moyens d’action du ministère.

 

Quelques indicateurs :

· Le secteur agricole emploie plus de 75% de la population ;

· 60% du produit intérieur brut (hors économie du pavot) provient du secteur agricole ;

· Seules 12% des terres sont arables ;

· Seules 40% des terres arables sont irriguées ;

· Durant les périodes de conflits (1978/2001) la production agricole a augmenté de 0,2% alors que pour la période de 1961 à 1978, l’augmentation était de 2,2%.

 

Depuis 2002, plusieurs projets (relance de la culture du coton et du safran, relance de l’apiculture et de la pisciculture, importation de semences, relance de la recherche et du développement…) ont été développés sur des financements de fonds de contrepartie, FSP et AFD.

 

Dans la continuité des actions entreprises, les projets en cours ont pour objectifs de :

 

· Soutenir les coopératives agricoles dans les provinces de Kaboul, Parwan et Kapisa ;

· Développer l’apiculture et la pisciculture  au plan national ;

· Développer la recherche, la multiplication et le suivi des expérimentations de semences céréalières et oléagineuses ;

· Contribuer à l’essor de l’élevage par l’amélioration de la génétique bovine.

 

 

Le soutien et le développement des capacités au sein du Ministère afghan de l'agriculture

 

Le représentant de la coopération agricole française au sein du MAIL, expert technique international de FEI, coordonne ses projets avec les différentes organisations internationales impliquées dans le secteur (FAO, Banque mondiale, USAID, GIZ, JICA, DFID, Union européenne, Coopération italienne, etc.). Cette coordination de l’aide internationale se fait au sein du MAIL.

 

L’expert a notamment pour missions de :

 

· Former les cadres et techniciens de l’administration ;

· Participer à l’élaboration de l’organigramme et des stratégies annuelles du MAIL ;

· Gérer l’équipement logistique et bureautique de 34 bureaux provinciaux du MAIL.

 

Les principaux résultats obtenus

 

Les actions entreprises ces dernières années ont permis de nombreuses avancées parmi lesquelles nous citerons :

 

· La relance de la culture du coton dans le Nord (récolte : 85 000 tonnes en 2011 ; en 2002, la récolte n’était que de 15 000 tonnes). Pour ce projet, 8,6 M d’€ ont été investis (AFD) ; cet investissement a généré des revenus agricoles annuels additionnels supérieurs à 100 M d’€ largement redistribués ;

· L’inscription au codex de 6 variétés de semences de blé français ; des milliers de tonnes de ces semences sélectionnées ont été importées de France et donnent des rendements très satisfaisants : à titre d’exemple, le rendement obtenu avec les semences généralement utilisées par les agriculteurs afghans est de 2,2 tonnes à l’hectare alors qu’avec les semences sélectionnées importées le rendement est multiplié par 2 ;

· Sélection de plusieurs centaines de pépinières d’arbres fruitiers et mise en place de vergers à l’échelle nationale;

· La mise en place d’un centre apicole à Kaboul, la formation de centaines d’apiculteurs et le développement des coopératives apicoles ;

· L’amélioration de la génétique bovine après introduction de trois races françaises de montagne; au niveau national, des dizaines de milliers d’inséminations par an;

· Formation de plusieurs dizaines de cadres du MAIL et de centaines de vulgarisateurs dans les bureaux provinciaux du MAIL.

 

L’arrivée de M. Asif Rahimi, ministre de l’agriculture, de l’irrigation et de l’élevage depuis 2008, a impulsé une dynamique et a transformé l’administration du MAIL. L’arrivée au sein de ce ministère de jeunes équipes animées par des cadres de qualité permet un dialogue relevé sur la redynamisation de l’économie rurale afghane.

 

Cependant, le manque de coordination entre les bailleurs de fonds demeure problématique, même si depuis quelque temps la situation s’améliore grâce entre autres à la volonté du ministre et de ses conseillers les plus proches.

 

Il faut noter que nombre de bailleurs de fonds ne respectent pas la décision prise lors de la conférence de Kaboul en 2010, à savoir que 50% de l’aide internationale allouée à l’Afghanistan doit être gérée par le gouvernement afghan. Afin de respecter cette décision, la mise en place des projets de la coopération agricole française financés par l’AFD est maintenant effectuée par le MAIL.

 

Un fonds de développement de 100 M$ a enfin été mis en place au sein du MAIL. Ce fonds ne remplace pas la banque agricole afghane mais constitue une étape pour redynamiser le secteur agricole, nécessaire à l’augmentation substantielle du PIB. En 2013 ce fonds devrait être remplacé par la création d’une banque agricole.

 

Réalisations prévues pour les années à venir :

· Formulation d’un plan national de formations diplômantes ;

· Observatoires d’économie rurale dans chacune des 7 grandes zones agro-écologiques afghanes, sous l’égide des structures décentralisées du MAIL ; 

· Identification et études de préfaisabilité de projets portant sur le marché de gros à Kaboul / le centre technique d’appui et de formation pour l’élevage de Béni Hisar (périphérie immédiate de Kaboul) / la restauration et l’optimisation de l’irrigation dans la plaine de Chamali ;

· Musée de l’agriculture : parcours pédagogique valorisant la diversité de l’agriculture des régions afghanes (support de savoir, de culture et de connaissance).

 

 

Contact :

Hilary McKee, Chargée de projets :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

                                                                                        Contact - informations légales - espace privé - Crédits