Niger : rénover, initier, instruire et éduquer pour le développement afin de relever les défis de la croissance annoncée

Le Niger est confronté à des défis et des contradictions énormes : ce pays enclavé, sahélien, a la plus forte natalité au monde (3,3%), une population jeune (un nigérien sur deux a moins de 15 ans), une forte ruralité (83% de la population), un indice de développement humain des plus faibles au monde (176), et, par ailleurs, il regorge de matières premières stratégiques (2èmemine d’uranium à ciel ouvert au monde, pays producteur de pétrole, entre autres). Il  vit à ses frontières (Mali, Tchad, Nigeria) des problèmes de sécurité et d’instabilité qui n’autorisent pas une sérénité adéquate pour assurer un développement et une croissance de 14 % pourtant annoncée par la Banque mondiale.


Par Salim Mokaddem, Expert FEI/MAE, Conseiller à la  Présidence du Niger en matière  d’éducation.

 

Le Niger a traversé des famines endémiques structurelles et des crises politiques tragiques. Aussi, depuis la mise en place d’une république démocratiquement élue, la 7èmeRépublique du Niger a entrepris de faire face à ces difficultés en menant de front une politique éducative ambitieuse : parier sur une École massifiée de qualité et une rénovation du système éducatif afin de le moderniser et de le rendre plus performant.

 

 

Ma mission en tant que conseiller spécial en éducation à la Présidence est de promouvoir une politique de scolarisation de tous les enfants nigériens et de proposer des actions pour mettre en œuvre une modernisation qualitative et quantitative des structures scolaires (constructions de 32000 écoles en « dur » d’ici 2015 afin que les écoles en paillottes disparaissent), de structurer la formation des maîtres et des élèves (curricula, outils pédagogiques, et formations didactiques), et, de fournir des outils de pilotage, de cadrage et d’évaluation du système éducatif nigérien en initiant, à terme, un Code del’Éducation permettant un suivi évaluatif et critérié des actions de l’État.

 

Afin de remplir adéquatement ces objectifs, mon action auprès de la Présidence consiste à impulser des programmes d’actions éducatives en insistant sur la qualité des formateurs et des formés et sur la nature des curricula. J’accompagne et suggère des réformes dans le domaine de la formation des formateurs, de la prise en compte des psychopédagogies les mieux adaptées aux réalités du pays, de la gestion pédagogique des personnels enseignants, des outils didactiques et institutionnels, pour que l’éducation et la formation soient au cœur de toutes les actions gouvernementales.

 

 

Dans le cadre du programme visant à scolariser jusqu’à 16 ans tous les nigériens, réduire les inégalités de fréquentations scolaires liées aux genres, au niveau social, et la fracture entre les espaces ruraux et les zones urbaines, la professionnalisation des cadres et la formation aux outils pédagogiques, didactiques, s’avèrent essentielles. Améliorer le taux de scolarisation brut et parachever l’accomplissement des cycles d’une scolarité entière pour tous les élèves demandent alors de mettre en place des instruments d’évaluation et des politiques pédagogiques actives. Ma mission s’inscrit dans une temporalité immédiate pour consolider l’éducation pour touset dans un processus continu d’accompagnement des réformes éducatives du Niger afin de fonder son émergence dans le développement et la croissance prévus par tous les indicateurs économiques et financiers.

 

Contact :

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

                                                                                        Contact - informations légales - espace privé - Crédits